Défis à la foi et défis de la foi

Qui d’entre nous n’a pas été confronté à la réalité du mal, son scandale, la souffrance, la maladie, des violences ou encore le mépris ? Depuis le début de notre humanité, les humains et les sociétés ont tenté de répondre, de se questionner et de combattre ce paradoxe de la bonté qui habite notre existence et ce qui la détruit. Les diverses approches nous restent toutefois sans voix. Les philosophes, les théologiens, écrivains et artistes ont souvent été mis face à un mur qui bouleverse (E. Kant, A. Camus, Primo Levi, Ahaharon Appelfed, Elie Wiesel, G.Rouault… et bien d’autres comme par exemple un saint Augustin). Le pourquoi du mal, des injustices et comment battre ce réel qui traverse notre histoire et la finitude humaine, nous ont amenés soit à remettre en cause l’existence de Dieu : « Comment un Dieu que l’on dit bon permet-il le mal ? », d’où l’athéisme et le refus de la proposition chrétienne en Occident, et d’autres s’inspirant de la vie de Jésus de Nazareth et de sa mort sur une croix tentent d’entrevoir ce paradoxe et d’envisager soit un pourquoi et surtout comment « battre cette réalité » (cf. A. Gesché). Sans doute les diverses réponses restent-elles insuffisantes vis-à-vis de notre raison, de notre vécu ou notre agir. Nous en connaissons les limites car le tragique fait partie de ce que nous sommes et défie nos croyances ! Peut-être existe- t-il une approche que fait émerger la foi chrétienne ? Le Conseil « Cultures, Cité et Eglise » veut prendre à bras le corps le point de vue de ceux qui croient et de ceux qui ne croient pas ! Ce dialogue à deux voix, nous espérons qu’il sera fécond et manifestera dans une culture enfermée trop souvent dans l’identitaire l’importance de l’écoute, d’une ouverture à l’autre dans le respect qui permet de devenir soi-même ! Nous vous proposons trois rencontres à la cathédrale à 14h30 : 

Le dimanche 28 février : Le scandale du mal, sa réalité. Que pensez, que dire, que comprendre, comment répondre à sa radicalité ? avec le fr. Dominique Collin, o.p., théologien et Baudouin Decharneux, philosophe et professeur à l’ULB ; 

Le dimanche 6 mars : la problématique de l’injustice et une réponse au juste entre les inégalités. La loi suffit-elle où appelle- t-elle un au- delà qui serait de l’ordre du don, d’un amour de l’autre, de l’agapè (charité comme l’exprime le philosophe et membre de l’Académie Française, Jean-Luc Marion), avec Emmanuel Tourpe, philosophe, enseignant à l’UCL et à l’ULB et Jérôme Jamin, philosophe, juriste et professeur de Sciences Politiques à l’ULG ; 

Le dimanche 13 mars : « La beauté sauvera le monde » aurait écrit ou dit Fédor Dostoïevski. Les créations artistiques, les arts sont-ils des vecteurs pour combattre ce qui avilit et tue l’être humain ? avec le fr. Alain Arnould, o.p., aumônier des artistes à Bruxelles et responsable des « Messes festives » à la cathédrale des Sts Michel et Gudule et le Doyen émérite Pierre Somville, de la faculté de Philosophie et Lettres, philosophe de l’art à l’ULG. 
Entrée libre. 
Renseignements : Chanoine Lambert Wers : 0475 740 058 – e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Imprimer