4e dimanche de Carême, année B

Auteur: Cochinaux Philippe
Temps liturgique: Temps du Carême
Année liturgique : B
Année: 1996-1997

Jn 3, 14-21

Ce jour là au catéchisme, les enfants avaient lu et commenté le texte de la traversée de la Mer Rouge. Lorsque le petit Samuel, vivant à Jérusalem, rentra chez lui, sa maman lui demanda ce qu'il avait appris au catéchisme. Il lui répondit : les israéliens s'enfuirent d'Egypte et Pharaon envoya son armée derrière eux. Les israéliens arrivant devant la Mer Rouge, se trouvent bloqués car ils ne peuvent pas la traverser. Or l'armée égyptienne avançait à grands pas. Elle était devenue très proche. Moïse voyant cela contacta par son GSM l'armée israélienne qui envoya un esquadron pour bombarder l'armée égyptienne pendant que la marine israélienne faisait un pont de fortune pour permettre aux fuyards de traverser la mer ». La maman fut plutôt choquée par un tel récit. Est-ce vraiment ainsi que ton catéchiste t'a raconté l'histoire de Moïse et de la traversée de la Mer Rouge, demanda-t-elle ? « Pas tout à fait, admit Samuel, mais si je te l'avais racontée comme lui l'a fait, tu ne m'aurais jamais cru ». L'enfant avait bien saisi l'invraissemblance de cette histoire. S'est-elle réellement produite, je n'en sais rien et je ne souhaite pas m'y attarder. Ce qui est par contre intéressant c'est qu'elle nous rappelle que l'histoire de Dieu, l'histoire de la Bible est de l'ordre de l'invraissemblable, elle dépasse notre logique humaine. Comment ne pas s'étonner de cette phrase de saint Jean : Dieu a tant aimé le monde qu'il a doné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Ces quelques mots résument le sens de notre foi. Si nous croyons nous avons la vie éternelle, ceci est encore plus invraissemblable aux yeux des êtres humains que l'histoire de la traversée de la Mer Rouge. Pourtant par notre foi, nous y croyons, en tout cas, nous espérons que notre vie ne s'arrête pas au moment de la mort, que cette dernière n'est qu'un passage, une étape vers cette vie éternelle promise. Ces quelques mots de l'évangile nous recentre vers l'essentiel au coeur du brouhaha de nos vies quotidiennes.

Reconnaissons que trop souvent nous nous laissons submerger par nos activités, ne plus perdre une minute devient notre leitmotiv. Le « Je n'ai pas le temps » est devenue l'expression fétiche de notre société. Dommage qu'aujourd'hui « je n'ai pas le temps » alors que je suis invité a décliner une telle expression au futur plutôt qu'au présent. Saint Paul, dans sa Lettre, nous invite a découvrir, que notre agitation quotidienne nous conduit à répéter à longueur de journée ce « je n'ai pas le temps ». Cependant si nous osions nous dire « je n'aurai pas le temps », la façon de vivre notre présent changera. Cela peut sembler compliqué, alors je vous convie à écouter et méditer cette chanson (Chanson de Michel Fuguain).

Le « je n'aurai pas le temps », c'est tout simplement reconnaitre et accepter que dans la vie qui nous a été donnée, nous ne serons jamais capable de pouvoir tout faire, tout réaliser. L'univers est trop vaste pour qu'un seul homme, une seule femme arrive à cela. Nous ne sommes pas Dieu. Alors n'est-il pas plus que temps comme le rappelle saint Paul de mettre un ensemble de « il faut » au placard. Ce n'est ni notre agitation, ni notre travail, ni toutes nos petites occupations qui vont nous sauver. La fébrilité nous détourne de notre destinée. C'est avant tout la grâce qui nous sauve. Non pas nous-même et encore moins nos actions. Le salut nous est donné. La réalisation de notre humanité, de notre propre destinée est le sens premier de notre salut. Cela nous est offert pas un Dieu qui aime profondément le monde qu'Il a créé comme le rappelle avec force l'évangile de ce jour.

Comment faire pour comprendre, êtes-vous en droit de me demander ? Tout simplement en nous arrêtant de courir pour nous promener à nouveau sur le chemin de l'essentiel, c'est-à-dire celui qui nous fait découvrir que chaque petit détail est une source de bonheur. L'extraodinaire peut aussi commencer, quand nous nous arrêtons. Souvenons-nous en, en ce temps de carême. Au risque même d'être dépassé par le temps.

Amen.

Contactez-nous

Merci d'indiquer clairement l'objet de votre demande

Merci d'indiquer à nouveau votre nom
Merci d'indiquer votre email Votre email n'est pas valide
Merci d'écrire un message