L’Eglise face au fanatisme

Le frère Philippe Henne vient publier un nouveau livre chez Salvator : L’Eglise face au fanatisme : L’exemple des premiers chrétiens.

La foi chrétienne serait-elle source d’intolérance et de fanatisme ? Pour répondre à cette question devenue brûlante aujourd’hui alors que des attentats sont commis au nom de la religion, regardons dans le rétroviseur de l’histoire en nous tournant plus particulièrement vers les premiers temps du christianisme.

En savoir plus...

De nieuwe wijn van de dominicaanse spiritualiteit

De nieuwe wijn van de dominicaanse spiritualiteit. Een drank die geluk heet.

In dit levendige, meeslepende boek benoemt en bejubelt Paul Murray o.p. de aspecten van de dominicaanse traditie die het hart uitmaken van haar spiritualiteit. De dominicaanse traditie is in het verleden vaak erudiet en intellectueel genoemd, en met reden. Maar de stemmen en de levens van de dominicanen die we in dit boek ontmoeten, waren ook op een uitzonderlijke manier apostolisch, uitbundig, evangelisch, durvend, mystiek en krachtig. Van in het begin toonde de dominicaanse geest een grote openheid voor de wereld. Dominicanen als Thomas van Aquino, Jordanus van Saksen en Catharina van Siena waren niet alleen onvergetelijk in hun lofzang op de genade, maar waren ook overtuigde verdedigers van de natuur in mens en wereld.

Lire la suite

Godsverbondenheid

Wat is dominicaanse spiritualiteit? Van de stichter van de orde der predikbroeders, de Heilige Dominicus, zijn nauwelijks geschriften bewaard gebleven. Over zijn leven weten we meer. Het is tot op vandaag een belangrijke inspiratiebron voor wie zich aansloten bij de dominicaanse traditie. In de geschiedenis die zij samen vormen, is het antwoord te vinden op de vraag naar hun spiritualiteit, hun drijfveren en hun verwachtingen. De dominicaanse spiritualiteit is doordrongen van een sterke verbondenheid met God.

Lire la suite

Tom Wright : Paulus, een biografie

Ignace d'Hert

Sprekend over het jodendom (en een joodse geloofshouding)  is het goed te beseffen dat het gaat om een hele levenswijze en levensstijl. Het gaat niet om “religie” in de moderne betekenis van het woord. Het jodendom is iets wat de hele persoon en het hele leven omvat en doordringt.

In de ogen van Saulus vormden de volgelingen van Jezus aan afwijking van de overlevering van de vaderen. Daarom was Saulus (“ijveraar”) ervan overtuigd dat die beweging moest gestopt worden. Ze stond de komst van Gods koninkrijk namelijk in de weg.

Lire la suite

Eglise en crise - Opinion d'Ignace Berten

Il est question de l’Église en crise aujourd’hui. Nous vivons un processus apparemment inexorable de diminution numérique sur un temps plus ou moins long : les paroisses se
vident en nombre et en substance, le nombre de prêtres, de religieux et religieuses s’effondre. Nos assemblées sont majoritairement grisonnantes… Il y a là une forme de
crise. Mais ce que nous vivons brutalement comme ébranlement relève de tout ce qui se révèle depuis quelques années : dysfonctionnements graves, pratiques criminelles de
pédophilie en particulier. Cette crise de l’Église ne nous est pas extérieure : ce n’est pas seulement l’institution. Nous sommes personnellement touchés comme membres de cette
Église : elle est de quelque manière notre famille. Nous sommes peut-être pour une part aussi, comme croyants, en crise. Il s’agit de comprendre, de chercher ensemble vers où
aller, et de s’interroger sur la question de savoir ce que nous pouvons faire.

Une opinion d'Ignace Berten

 

L'Evangile inouï

Dominique Collin

L'Evangile est bien souvent considéré aujourd'hui comme un récit mythologique écrit dans un lointain passé et qui ne s'adresse donc plus à nos contemporains. Victime de sa longue temporalité, la Bonne Nouvelle du Christ n'est plus une nouvelle, celle-ci étant devenue aussi fuyante que l'eau dans nos mains, l'une chassant l'autre à une vitesse effrénée. Elle n'est, de même, plus prise au sérieux car appartenant au passé.

Or, il n'en est rien. L'Evangile n'appartient pas au passé car il s'agit d'une parole qui nous fait penser autre chose et nous aide donc à sortir des carcans que nous nous sommes nous-mêmes forgé. La vocation même de la Bonne Nouvelle est de faire entendre au monde ce que le monde n'a pas entendu. Elle a donc, au coeur de son message, ce caractère inouï, c'est à dire "pas encore ouï".

C'est ce que Dominique Collin veut nous faire prendre conscience à travers cet essai: L'Evangile nous dit toujours du neuf. A nous de tendre l'oreille pour entendre l'in-ouï.

Mourir par amour

« Trois semaines ou trois mois, c’est tout ce qu’il vous reste », voilà ce que des hommes et des femmes entendent parfois de la bouche de leur médecin. Ils sont atteints d’un cancer incurable. C’est le choc. C’est le même choc qu’Ignace a dû ressentir quand il a entendu le juge le condamner à être livré aux lions dans un cirque à Rome. Et pourtant, le long de sa route depuis Antioche jusqu’à son lieu de supplice, il réconforte les chrétiens désemparés qui viennent le rencontrer et surtout le consulter. Lui, le condamné, il les encourage dans leur vie de communauté. Il leur envoie des lettres qui sont toutes brûlantes d’amour. Car Ignace est un pasteur qui, dans sa vie personnelle de foi, a trouvé le modèle de sa vie : le Christ vraiment mort et vraiment ressuscité. Il aime tellement son Sauveur qu’il veut vivre et surtout mourir comme lui, pour devenir comme lui enfant de Dieu. Son ami, Polycarpe, partage ce même enthousiasme. Lui aussi connaîtra le martyre. Lui aussi transformera sa mort en une Eucharistie, c’est-à-dire en un don fait par amour. Voilà deux facettes complémentaires d’une belle histoire vraie qui nourrit le cœur et transforme l’âme.

Identité et visibilité

Identité et visibilité.
Conflits de générations chez les Dominicains 
sous la direction de Stephan van Erp et Anton-Marie Milh o.p
préface du fr. Bruno Cadoré o.p., Maître de l'Ordre des Prêcheurs 
avec des contributions de: sr. Sara Böhmer o.p., Erik Borgman o.p.l., fr. Bernard de Cock o.p., fr. René Dinklo o.p., fr. Richard Steenvoorde o.p., Olivier Riaudel o.p., Stephan van Erp et Anton Milh o.p. (Dominicains de Bruxelles) 

Dans la province dominicaine néerlandaise, le catholicisme progressiste qui a déterminé le visage de l’Eglise aux Pays-Bas après le Concile Vatican II est en déclin. La jeune génération reste hermétique ce que représente ce genre de catholicisme, à sa genèse. Les plus âgés, eux, ne saisissent pas aisément pourquoi les jeunes veulent reprendre des éléments de la tradition catholique qu’eux avaient expressément reniés en raison de leur inadéquation à leur temps. Comment des générations différentes de religieux peuvent-elles vivre ensemble et construire l’avenir de leur ordre ou congrégation? Seront-elles condamnées à vivre de nouveau en conflit, ou bien aptes à travailler à des projets dans lesquels jeunes et anciens pourront s’estimer à leur juste valeur? 

Commandes :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (€ 20)

Avec Lui, écouter l'envers du monde

Quiconque a rencontré le frère Bruno Cadoré op, a perçu qu’il y a un mystère chez cet homme. « Chez tout homme » préciserait-il lui-même malicieusement. Mais chez le fr. Bruno plus encore. Car s’il écoute beaucoup, il se confie peu. C’est à l’occasion de ce livre, où il ne peut écouter le lecteur, que celui-ci peut entendre ce que le fr Bruno peut nous dire. Il nous parle de lui-même dans la première partie de son livre. Il nous raconte sa famille, son enfance, ses études, sa vocation avec cette douceur et cette simplicité que seule permet l’amitié. Il est un amoureux de l’amitié. 

Ces confidences pudiques ont, par ailleurs, quelque chose d’initiatique. Elles sont un partage d’expérience qui nous emmène dans des mondes peu familiers : le métissage, les études de médecine, l’hôpital. Ce pourrait être une simple visite mais le fr Bruno va toujours plus loin, plus profond, vers « l’envers » des choses. Il nous introduit à son écoute personnelle de l’envers de la vie. Comme un médecin avec son stéthoscope, il aime chercher derrière les apparences ce qui reste caché et qui soutient ce que l’on voit, comme le corps porte le vêtement. C’est ainsi qu’il nous conduit toujours à un deuxième degré, voir à un troisième degré de réflexion, à une sorte de radiographie toujours plus approfondie du réel, de la vie, et de ce mystère de l’homme dont il est fasciné. Il n’y a pas seulement l’enfant malade et ce qu’il dit (« Qu’est-ce que tu veux que je dise pour toi à Jésus ? Car je le rencontrerai avant toi… ») , ni sa famille et ce qu’elle vit, ni l’entourage des soignants et ce qu’ils font. Il y a tout un cortège d’interrogations sur l’humanité de certains actes, de certains choix, de la manière de les poser ensemble, bref sur l’éthique en général, l’art de la médecine, l’art de l’action, quand aucune théorie ne peut vous dicter ce qu’il faut faire ici et rapidement. L’Ethique donc, et, à l’école du grand philosophe juif Emmanuel Levinas, l’éthique comme philosophie première. La responsabilité créatrice en quelque sorte. La vocation à se solidariser. « Me voici, je viens » ! L’appel que l’autre m’adresse, me fait exister moi-même, pour lui.

>> Lire la suite

Omerta dans l'Eglise - Opinion d'Ignace Berten

Pourquoi un si long silence?
Eglise, pédophilie, abus sexuels et maltraitance.

En quelques mois, l’étendue du drame de la pédophilie dont sont coupables prêtres, religieux, évêques et cardinaux éclate publiquement et se révèle dans l’Église et la société. Mais apparaît aussi au grand jour le fait que, systématiquement et partout, ce drame a été couvert dans l’Église par le silence, par une véritable omertà.

 

Amoris Laetitia - Opinion d'Ignace Berten

Le synode sur la famille et surtout les conclusions qu’en a tirées le pape François dans Amoris laetitia suscitent débats et controverses au sein de l’Église. Certains, y compris quelques cardinaux et nombre d’évêques mettent en doute l’orthodoxie du pape. Cela trouble certains croyants. Afin de rencontrer cette inquiétude, Alain Thomasset et Jean-Miguel Garrigues se donnent pour tâche, comme théologiens au service de l’Eglise, de montrer que l’enseignement de François est en continuité avec celui de Jean-Paul II sur la famille et le mariage : il en est une actualisation. L’analyse de leur livre ne me convainc pas. Comme l’affirme le cardinal Kasper, François introduit un nouveau paradigme dans l’Église. Il met fin à la dérive autoritaire des papes précédents qui prétendaient définir une fois pour toutes les vérités auxquels tout fidèle est tenu d’adhérer définitivement, entre autres l’exclusion des divorcés remariés de l’accès à l’eucharistie.

Alain Thomasset et Jean-Miguel Garrigues, Une morale souple mais non sans boussole. Répondre aux doutes des quatre cardinaux à propos d’Amoris laetitia. Paris, Cerf, 2017.
Analyse : Ignace Berten



 

Le Christianisme n'existe pas encore

Dominique Collin

Le titre de ce livre fait écho à une citation du philosophe Søren Kierkegaard. L'auteur la reprend à son compte pour expliquer que le christianisme historique et culturel est une sorte d'illusion qui permet aux chrétiens d'éviter de se demander s'ils sont encore fidèles à l'Évangile. Quand donc le christianisme existera-t-il ? Dominique Collin plaide avec brio pour un christianisme sachant parler évangéliquement, à tout homme, croyant ou non, pour l'inviter à exister enfin. Dominique Collin, né en 1975, philosophe et théologien dominicain, donne de nombreuses conférences sur la signification actuelle du christianisme. 

Provocatrice en diable, cette thèse, quand elle est prise au sérieux, nous rappelle que le christianisme du Nouveau Testament n'a de sens historique qu'à rendre possible ce que Dominique Collin appelle la christianité, et qui relève, comme l'écrit Maurice Bellet, « de l'intuition que peut représenter l'émergence du Christ dans l'humanité et qui peut être encore inconnu, y compris des chrétiens. » Le mérite du néologisme de christianité, c'est qu'on y entend une qualité d'être comme dans humanité ou, de manière plus expressive encore, dans jovialité. Celle-ci étant la qualité communicative de celui qui est jovial, on pourrait dire que la christianité est la qualité « relationnante » de celles et ceux qui sont Christ en vue de former ce qui lui tient lieu de corps : l'humanité.  Être christ, ce n'est pas se prendre pour Jésus de Nazareth, mais c'est incarner aujourd'hui la fonction christique qui fut la sienne en son temps, c'est-à-dire de permettre à l'évangile de surgir comme évangile : puissance de vie bonne capable de nous sauver de nos penchants nihilistes. En ce sens, le christianisme n'a pas besoin d'être réformé ou ravalé ; la condition de sa survie, c'est l'homme comme Christ à venir.

S'inscrire à la newsletter

Merci d'indiquer votre nom et votre adresse email pour vous inscrire à notre newsletter et vous tenir informé des activités des Dominicains de Belgique

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Contactez-nous

Merci d'indiquer clairement l'objet de votre demande

Merci d'indiquer à nouveau votre nom
Merci d'indiquer votre email Votre email n'est pas valide
Merci d'écrire un message